• Imprimer
  • Envoyer par email

Les vignobles

« Les Coteaux Dame Palate » à Chokier 

En 1682, on comptait 22 vignobles à Chokier. La moitié de la population cultivait la vigne et portait son raisin au pressoir banal. Cette vieille tradition viticole s’est effacée au cours de la période industrielle. En 1977, Raymond Godin, ouvrier sidérurgiste, décide de replanter de la vigne sur les coteaux de Dame Palate. Dame Palate est une dame qui vécut au début du XVè siècle. Son mari, le sieur Henri Polarde, lui laissa entre autres biens, une tour de garde qu’on peut encore voir aujourd’hui et un vignoble. Avec le temps, la dame Polarde devient Palate. Actuellement, le vignoble s’étend sur quelque 25 ares. Il est constitué d’environ 1650 pieds de Müller-Thurgau, de Pinot Gris et de Gewürztraminer. On y produit quelque 1000 bouteilles par an.

« Le Haut Rognac » à Mons-lez-Liège et aux Awirs (à deux pas du château d’Aigremont) :

C’est sur les hauteurs de Flémalle, que les vignes entretenues, cultivées et veillées par Jean-Luc Franck depuis 2006 produisent son « Haut Rognac » (du nom de la rue où évoluent une partie de ses vignes). Jean-Luc appréciait déjà le vin depuis longtemps quand on lui a proposé de s’occuper de quelques pieds de vignes vieux de 30 ans. Il n’y connaissait rien. Il s’est donc informé via des livres et internet. Aujourd’hui, il produit entre 500 et 1000 bouteilles par an de façon professionnelle. 

 

« Le Céliandre »

Angelo Buccolieri a repris en 2014 le vignoble de Jean-Pierre Van Lier, les « Pennes de Mont » à deux pas du Fort de Flémalle, et l’a rebaptisé « Céliandre », de la compression du prénom de leurs deux enfants, Célia et Andréa. Angelo s’initie au travail de la vigne et part à la rencontre d’autres vignerons pour apprendre la vinification. En septembre de la même année, les quatre premiers vins sortent : un Pinot gris, un Chardonnay, un Gewurztraminer et un rosé. Un peu plus de 1500 bouteilles sont produites et se lancent dès 2015 dans la production de délicieuses gelées de vin.