• Imprimer
  • Envoyer par email

Églises ouvertes

       

      Infos : M. Jamart – T. : 04 235 91 23 – jamartp@hotmail.com - www.eglisesouvertes.be

     Une église: un point de repère dans le paysage, une référence commune pour les habitants, un espace ouvert à tous pour découvrir un patrimoine, mais aussi un endroit de méditation ou d’apaisement... L’Eglise St-Matthias de Flémalle-Haute et l’Eglise St-Nicolas de Souxhon ont rejoint, grâce au soutien de l’Administration communale de Flémalle et de son Office du Tourisme, la Fondation « Eglises ouvertes ». La Fondation vise à créer un réseau d’églises ouvertes menant des actions communes pour rendre leur atmosphère chaleureuse et accueillante.

L’EGLISE ST-MATTHIAS - Rue du Village - Ouverte toute l'année de 09h à 18h

Le corps principal du bâtiment (1717) comme en témoigne le chronogramme en haut du maître-autel est précédé d’une tour carrée (1830). On remarque à l’extérieur, à droite de l’entrée, un beau calvaire en bois. A l’intérieur, des guirlandes de fruits et de fleurs décorent la partie supérieure des arcades. Elles mènent au chœur au pavement de marbre blanc et noir. On peut admirer le maître-autel en bois de style Louis XIII surmonté d’un tabernacle richement orné. On notera aussi les grandes statues en bois (XVIIIè) de saint Matthias, patron de la paroisse, de saint Hubert et de Marie et Joseph, provenant de l’école du célèbre sculpteur liégeois Jean Del Cour. La chapelle latérale de gauche est dédiée à Marie. En quittant l’édifice, on lèvera les yeux vers le splendide buffet d’orgues datant de 1598, un des plus anciens de la province de Liège.

L’EGLISE ST-NICOLAS - Route de Souxhon - Ouverte tous les week-ends de 10h à 18h

Situé au centre du village de Souxhon, l’édifice datant de 1745 dégage un charme indéniable. A l’extérieur, au-dessus du portique, on remarque une ravissante statuette de Notre-Dame portant l’enfant. À  l’intérieur, outre l’autel du fond du cœur, le banc de communion (1786) mérite qu’on s’y attarde. Il est en bois sculpté, provient du Limbourg et représente des scènes de l’ancien testament qui préfigurent l’eucharistie. On aperçoit aussi la statue du grand Saint, un buste en bois, placé sur une colonne en bois torsadé et fleuri dans le chœur de l’église et sur l’un des vitraux. Petite particularité : c’est la seule église de la commune à posséder un carillon. Grâce aux subsides du Petit Patrimoine Wallon et à la générosité de nombreux donateurs, la paroisse a pu récolter les fonds nécessaires pour sa restauration en juin 2013. C’est Mr Olivier Baudri, artisan campanaire à Tellin qui a procédé au travail. Après plusieurs mois de composition par les élèves de l’Association campanaire wallonne, 7 mélodies ont été ajoutées à l’Ave Maria. On peut les écouter aux horaires suivants :

Ave Maria : tous les jours à 12h10 et 18h01 - Sur le pont d’Avignon : mercredi à 13h01 -  À toi la gloire : samedi à 14h01 - Do, Ré, Mi, la perdrix : samedi à 15h01 -  Hymne à la joie : dimanche à 14h01

De plus, pendant la période des fêtes de Saint-Nicolas et de Noël, il vous est proposé d’entendre : O grand St Nicolas, les dimanches à 15h3 - Les anges dans nos campagnes, les samedis à 16h01 - Douce nuit, les  dimanches à 16h01. N’hésitez pas à tendre l’oreille si vous passez dans les environs !

L’EGLISE ST-ETIENNE- Rue Abbé Boland - Ouverte tous les jours de 10h à 17h (de 09h à 18h du 01 avril au 31 octobre)

Surélevé et entouré d’un cimetière paysager, l’édifice est composé d’une tour  prolongée par une nef de quatre travées et un chœur à chevet arrondi. La tour de style roman, en moellons de grès brun-roux et de calcaire, date du XIIe siècle. Fermée à la base, percée de rares ouvertures de tir, elle offrait alors un caractère défensif. Le portail actuel, l’escalier monumental ainsi que les grilles en fer forgé du cimetière ne  seront créés qu’en 1898. Trois têtes humaines en pierre, restes de fonts baptismaux romans des XIIe-XIIIe siècles, ont été insérées dans le parement sud de la tour, au XVIe siècle. Sur la face occidentale, de celle-ci, une horloge électrique remplace depuis 1966, une horloge mécanique à une aiguille datant de 1835. Un pavillon d’ardoises brisé de lucarnes recouvre le beffroi qui abrite deux cloches. La nef et le chœur, reconstruits en 1831-1832, dans un style néoclassique, en briques et calcaire sur haut soubassement de moellons, sont recouverts d’une toiture en ardoises. Douze baies cintrées décorées de vitraux colorés et didactiques, apportent un éclairage propice au recueillement. L’église possède une relique de Sainte-Lutgarde, une des gloires mystiques du XIIIe siècle qui vécut ici  dans la communauté cistercienne des Awirs. En  1211, les sœurs quitteront cette église pour s’installer à Couture St Germain dans un endroit auquel elles donneront le nom de leur résidence primitive : Aywières !  La statue de Sainte Rose de Lima, dont l'église possède aussi une relique, est à l'origine d'un pèlerinage plus que centenaire... De nombreuses croix funéraires des XVIe, XVIIe, XVIIIe et XIXe siècles ont été encastrées dans la maçonnerie extérieure.

L’EGLISE ST-LAMBERT - Rue Louis Mestrez - Ouverte les week-ends de 10h à 18h du 01 avril au 31 octobre et de 10h à 16h30 du 01 novembre au 31 mars

La plupart des églises sont au cœur du village. Ce n’est pas le cas ici. Celle-ci est à l'écart, sur une butte, près d’une petite place ombragée de marronniers, entourée du cimetière, de l’ancien presbytère, de quelques maisons, un décor champêtre et paisible, à la croisée des paysages mosans et hesbignons. Le bâtiment modeste en briques et moellons de calcaire a été achevé en 1783 après quatre ans de travaux d’une reconstruction initiée par le chapitre de la cathédrale Saint-Lambert de Liège, après les destructions dues aux déprédations suite aux guerres et au passage notamment des troupes de Louis XIV. On remarque à l’extérieur la tour massive et son cadran solaire rénové en 2006. A l’intérieur, une nef à trois travées. On remarque surtout le choeur décoré de stucs représentant guirlandes, angelots et ceps de vignes de style Louis XVI. Au-dessus de l’autel, un tableau "L'Assomption de la Vierge" (1783) réalisé par Jean-Joseph Hanson, peintre de la cathédrale Saint-Lambert à Liège. La décoration intérieure a bénéficié, au moment de la reconstruction, des dons des ducs d’Arenberg, propriétaires jusqu’en 1918 du château voisin d’Hautepenne. Leurs armoiries sont représentées au bas des autels latéraux. On remarquera aussi la chaire de vérité (1665), les fonts baptismaux, une dalle funéraire de Marie de Gavre (1565) et, entourée de nombreux ex-votos, la statue de saint Guy, dont l'église possède une relique à l'origine d'un pèlerinage plus que centenaire...